Un certain nombre de ravageurs et d'agents pathogènes peuvent causer des dégâts significatifs aux arbres et peuplements forestiers.

Principaux agents identifiés dans la région

 

  • Pour les résineux:
Insectes sous-corticaux Il s'agit principale des scolytes (sténographe, pissode, hylésine, érodé...). Ces ravageurs attaquent les résineux affaiblis. Il peuvent occasionner des dégâts importants après le passage de tempêtes ou d'incendies.
Hylobe Tous les jeunes peuplements sont sensibles à ce charançon, notamment quand ils ont été installés (semis ou plantation) trop tôt après une coupe rase de pins ou de douglas, ou dans le voisinage immédiat d'une coupe récente.

Chenille processionnaire du pin

Elle est présente dans toute la région et occasionne des défolitations cycliques.Les papillons recherchent des peuplements ouvers ou des arbres isolés pour pondre.
Rouille courbeuse Il s'agit d'un champignon qui parasite les pousses des très jeunes pins. Les attaques provoquent des déformations irréversibles et peuvent être important. La présence de tremble favorise les attaques.
Pyrale du tronc Il s'agit d'un papillon qui creuse des galeries sous l'écorce, repérable par des écoulements de résine. Elle attaque les arbres les plus vigoureux et rend les tiges sensibles aux coups de vent.
Armillaire Champignon parasite des racines, responsable de mortalités sur pin (maladie du rond)
Fomès Champignon parasite des racines, responsable de mortalités sur pin (maladie du rond) et de pourritures du tronc sur épicéa et douglas. Un traitement préventif existe pour les souches récemment coupées.

 

  • Pour les peupliers:
Rouille à melanpsora Deux rouilles attaquent les peupliers dans la région. Les infestations précoces entraînent la chute prématurée des feuilles. La sensibilité aux rouilles est différentes suivant les clones de peuplier.
Puceron lanigère Le puceron lanigère qui vit en colonie sur les troncs peut causer des dommages importants dans les peupleraies. Les dommages sont observables l’année qui suit une attaque. Les premiers dégâts apparaissent sur l’écorce, qui se craquelle en « peau de lézard ». On observe ensuite des nécroses, accompagnées d’écoulements noirâtres. Les arbres deviennent fragiles aux coups de vent.
Grande saperde et grande sésie Les larves de ces insectes causent des dégâts en creusant des galeries dans le tronc.

 

  • Pour les feuillus:
Chenilles défoliatrices Les principaux agents défoliateurs des feuillus présents dans la région sont le Bombyx disparate, le Bombyx cul brun, la Processionnaire du chêne.
Chancre du châtaignier

Dû à un champignon parasite, ce chancre est souvent mortel pour le châtaignier. La présence de cette maladie peut compromettre l’amélioration des taillis par balivage

Maladie du l'encre Les champignons de la famille des phytophtora contribuent au dépérissement de l'aulne glutineux, du châtaignier et du chêne rouge d'Amérique.
Zeuzère Larve de papillon qui creuse des galeries dans le tronc des jeunes noyers, frênes ou chênes rouge, favorisant le bris des tiges au coup de vent et l’installation des pourritures.
Cylindrosporiose du merisier Champignon dont les attaques provoquent la chute prématurée du feuillage, perturbant la constitution des réserves,
Graphiose de l'orme Ce champignon a entraîné la disparition quasi totale de l’orme de notre région au cours des 30 dernières années,
Chalarose du frêne La chalarose est une maladie émergente et létale des frênes commun et oxyphylle en Europe occidentale. Elle se traduit par des dépérissements anormaux allant jusqu'à la mort de l'arbre. D'origine asiatique ce champignon est entré en Europe par la Pologne en 1990.

 Les risques sanitaires sont accrus par:

  • l'installation d'essences peu ou mal adaptées aux conditions de station,
  • une mauvaise installation du peuplement: plants de mauvaise qualité, travail du sol ou entretiens insuffisants...
  • un itinéraire sylvicole inadapté.

 Santé des forêts