Le CNPF dans la stratégie européenne post-covid

Point de vue - Le 22/06/2020

Découvrez la note de Roland de Lary, Directeur du CRPF Nouvelle-Aquitaine, sur la stratégie forestière au niveau européen et sur la place du CNPF.

Nouveau paradigme

Concours de circonstances ou opportunités à saisir, la crise sanitaire actuelle révèle des ambitions et des inquiétudes dont le principal écueil pourrait être en matière forestière une division de la société européenne fondée sur des appréciations divergentes de la notion de gestion durable.

Le vocabulaire est explicite, pas une note, pas un article n’oublieraient de citer aux cotés de la gestion durable la valeur ajoutée d’une gestion multifonctionnelle, la recherche d’une meilleure résilience des forêts, la notion d’étude d’impact, l’augmentation des risques biotiques ou abiotiques, la protection des sols, les services rendus tels stockage et séquestration du carbone, les atouts de la bioéconomie, la nécessaire adhésion de la société majoritairement urbaine, les matériaux biosourcés, etc

La crise liée au covid-19 a des conséquences directes sur les marchés du fait de l’arrêt du secteur du bâtiment. Le manque de main d’œuvre est certainement à prévoir lors de la reprise. Les calamités sanitaires impactant la forêt se rajoutent à ce contexte tendu. Cet ensemble de réalités constitue un bien fondé pour entretenir des réactions pourtant issues d’une minorité et consistant à vouloir figer l’écosystème forestier, à réviser le droit de propriété, à défendre les droits du végétal dans une conception anthropique de son état.

Un modèle et des outils à défendre : le CNPF et son réseau de CRPF

Le CNPF a un rôle essentiel à jouer dans ce contexte qui nécessite des principes fondateurs pour un nouvel élan européen.

La gestion durable n’est pas un exercice de sémantique mais un bien à protéger qui exige une garantie. Le PSG et le CBPS sont, sous couvert des SRGS, des outils uniques en Europe au service du propriétaire forestier. L’organisation même de l’établissement public et la procédure d’instruction de ces documents sont un modèle à valoriser. Il en va de la pérennité des surfaces forestières comme de la mobilisation raisonnée du matériau bois. Il en va de la liberté du propriétaire.

Au-delà de ces principes fondateurs le CNPF a les méthodes et les mécanismes pour répondre aux attentes d’une société non avertie.  L’Institut pour le Développement Forestier doit ainsi mettre en exergue sur la place européenne Bioclimsol, IBP, ARCHI, Climafor et autres développements qui sont la réponse scientifique à des préoccupations légitimes.

La construction du Label Bas Carbone et sa diffusion exemplaire sont un apport précieux à cette phase de post confinement qui a l’ambition de revoir les principes d’adaptation au changement climatique.

Le CNPF doit ainsi être présent et acteur des réseaux d’échange européens qui perdurent ou se mettront en place car la forêt privée sera un maillon indispensable des prochains équilibres sociétaux.

Dans ce sens le CNPF devrait approuver l’annonce du 15.04 des 12 organisations européennes représentatives de la filière : « Nous appelons les décideurs de l’UE à développer une stratégie forestière européenne holistique, multidimensionnelle et inclusive après 2020 avec en son cœur les principes de la gestion forestière durable qui garantira un développement efficace et équilibré ».

Le Green Deal ne pourra se passer du CNPF pour que le propriétaire soit respecté.

Olivier Bertrand Président du Comité Spécialisé Europe et International au MAA défend le dossier.

 

Réf : note de commission sur la position des autorités françaises sur le rapport ‘stratégie forestière européenne’.06.04.2020

The european forestry sector must be part of the future Eu Covid recovery plan 05.05.2020

The EU forest sector’s role in ensuring sustainable forest management and conserving biodiversity 15.05.2020