Les forêts de notre région

La surface de la forêt en Nouvelle-Aquitaine est de l’ordre de 2,9 millions d’hectares, soit 17% de la forêt nationale. Les forêts occupent 34 % de la surface de la région.
La région Nouvelle-Aquitaine est ainsi l'une des premières régions forestières d'Europe.
Cette forêt présente l'originalité d'appartenir à plus de 90 % à des propriétaires privés (250 000 propriétaires de plus d'un hectare).

 

Une grande diversité d’essences et de peuplements

Depuis les hêtraies pyrénéennes jusqu’aux chênaies-hêtraies, pessières et douglasaies des plateaux limousins, en passant par les peupleraies des Charentes ou du Lot et Garonne, les chênaies et châtaigneraies de la Dordogne ou du Poitou et les vastes pinèdes des Landes de Gascogne, la variété des forêts de la région est remarquable. Elles sont tout à la fois l’expression de la grande diversité des terroirs, un héritage de notre histoire et le résultat de l’action quotidienne des sylviculteurs.

Les feuillus (chênes, Châtaignier,...) occupent près de 62 % de la surface forestière, soit 1,73 million d’hectares.

Les résineux (pins, épicéas, Douglas,...) occupent 38 % de la surface forestière régionale, soit 1,08 million d'hectares.

Le volume sur pied de la forêt de production de Nouvelle-Aquitaine s'élève à 400 millions de m3 (hors peupleraies) suivant les chiffres de l’Inventaire Forestier National établis sur la période 2015-2019. Il est en augmentation car les prélèvements sont inférieurs à la croissance des forêts. Ainsi, sur la période considérée, le volume de bois dans les forêts a augmenté de 4,8 millions de m3 par an en moyenne (presque 2000 fois le volume de la charpente de la cathédrale Notre Dame ou du chantier de l’Hermione), mais il y a des différences importantes suivant les massifs et les peuplements.

Les feuillus représentent 64% du volume sur pied et les résineux 36 %.

La région Nouvelle-Aquitaine abrite 17 % des Peupliers français.

Les 2/3 des espèces d’arbres de France métropolitaine sont présents dans les forêts de Nouvelle-Aquitaine, soit 131 espèces (Ecobiose 2020). Les essences les plus représentées en surface sont le pin maritime, le chêne pédonculé et le châtaignier.

En Nouvelle-Aquitaine, 273 sites ont été désignés au titre de Natura 2000, dont 237 sont strictement terrestres. Le réseau des zones spéciales de conservation, qui relèvent de la directive Habitat (protection des milieux naturels, de la flore et de la faune sauf les oiseaux) englobe 12,6% de la surface forestière régionale. La forêt occupe 54 % de la surface de ces sites (rapport environnemental PRFB 2020, DREAL Nouvelle-Aquitaine).


Une forêt privée engagée dans la gestion durable

93 % de la surface forestière appartient à des propriétaires privés ce qui représente 21 % de la surface de la forêt privée nationale.

Au 31 décembre 2020, 946 600 ha de forêt privée sont dotés d’une garantie de gestion durable avec 8 459 Plans Simples de Gestion (PSG) pour 864 000 ha et 8 741 codes de bonnes pratiques sylvicoles (CBPS) pour 82 600 ha.


La filière forêt bois : économie et emploi

En 2018, la récolte commercialisée est estimée à 10,2 millions de m3 de bois soit 26,2 % de la récolte nationale. Le bois d'œuvre représente 51 % de la récolte, le bois de trituration et le bois énergie commercialisé respectivement 38 % et 11 %. Les résineux représentent 83 % de la récolte de bois d'œuvre et 74 % de celle des bois de trituration.

Près de 70% du bois récolté pour le bois d’œuvre et 74% du bois à destination de la trituration disposent d’un label de gestion durable. Le label PEFC est très majoritaire et le label FSC est également présent.

Le bois d’œuvre est issu de coupes d’éclaircies ou d’amélioration et de coupes de renouvellement. Il est utilisé par l’industrie du sciage et du déroulage. En 2018, les scieries de la région ont produit 1,9 millions de m3 de planches et poutres soit 23,2 % de la production nationale et les sciages résineux représentent 89 % du volume produit. Une bonne partie de ces produits est utilisée dans la région pour fabriquer des charpentes, des parquets et lambris, des menuiseries et huisseries, des meubles mais aussi des emballages comme les palettes, caisses et cagettes. L’industrie du déroulage produit notamment des panneaux contreplaqués.

Le bois destiné à la trituration est majoritairement issu de coupes d’éclaircie et de déchets de scierie. Il est utilisé par plusieurs filières : production de pâte à papier, de panneaux mais aussi de cellulose raffinée pour la chimie végétale. La pâte à papier est utilisée localement pour la fabrication de papier et cartons d’emballage (kraft) mais aussi de papier d’impression.

La filière biomasse forestière représente un secteur important. La première utilisation est le bois de chauffage, le plus souvent en autoconsommation. 80 % des propriétaires de plus de 4 ha sont concernés. La deuxième utilisation est la production de plaquettes pour alimenter 8 chaudières couplées à une cogénération électrique qui consomment 60 % de volume et 750 chaudières collectives ou industrielles. Le bois provient principalement de coupes d’éclaircies, de coupes de renouvellement de taillis et de déchets de scierie ou de bois recyclé.

Le chiffre d’affaires des entreprises du secteur avoisine 10 milliards d’euros, ce qui la situe au deuxième rang des régions françaises.

De l’amont (sylviculture et exploitation) à l’aval (produits finis, commerce), la filière forêt bois joue un rôle essentiel pour l’économie et l’emploi local : en Nouvelle-Aquitaine, 28 300 établissements emploient 56 300 salariés soit plus que l’aéronautique.

La filière forêt bois de la région offre une production variée, qui couvre les besoins des habitants de la région et au-delà.

À consulter :